TikTok et Instagram dans Google
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le snack content ou micro contenu est devenu viral sur internet. Engageantes et dynamiques, les vidéos de courte durée popularisées par Instagram sont très appréciées des internautes. Google, ayant compris leur portée, leur dédie un onglet spécifique baptisé Google Discover. Cet espace, déjà ouvert à des applications comme YouTube Shorts et Tangi, pourrait bientôt intégrer des vidéos provenant de TikTok et d’Instagram, d’après Search Engine Roundtable. En effet, un tweet de Brian Freiesleben mentionne l’accès à cette fonctionnalité en effectuant une recherche sur Google.

Une version bêta d’une nouvelle fonctionnalité dans “Google Discover” ?

Dans sa volonté de susciter l’intérêt des utilisateurs d’Instagram et de TikTokGoogle a eu la bonne idée de reprendre dans son outil Discover les contenus publics issus de ces applications. Une fois lancée officiellement, cette fonction devrait permettre à tout un chacun d’avoir accès aux vidéos de ces médias sociaux directement dans les résultats de recherche du moteur. Néanmoins, pour l’instant rien n’est sûr, puisqu’il peut simplement s’agir d’une expérimentation menée par la firme, comme elle en a souvent l’habitude.

Une telle innovation pourrait toutefois bien séduire les mobinautes qui n’ont pas forcément le temps de voir tout ce qui est publié sur ces applications. Les courtes vidéos sont devenues les contenus les plus consultés sur les appareils mobiles. Ainsi, 85 % des internautes visionnent une vidéo jusqu’au bout si sa durée ne dépasse pas 30 secondes. À partir de 2 minutes, 35 % ont tendance à arrêter le visionnage. D’ailleurs la plateforme d’hébergement YouTube s’est lancée dernièrement dans la diffusion de petits clips similaires aux Reels d’Instagram.

Ayant compris l’enjeu du snack content, Google avait déjà ajouté dans son onglet Google Discovery, un carrousel de short-content. Celui-ci est différent des Google Stories, de Tangi, et de YouTube Shorts qui sont des fonctionnalités à part entière de cet outil. Il s’agit d’un module dédié exclusivement à recherche, qui ne permet pas d’éditer des vidéos. Il affiche des informations issues de plusieurs sites dont récemment, Instagram et TikTok. Et force est de constater que les clips diffusés sur ces réseaux suscitent particulièrement la curiosité des internautes.

Une fonctionnalité en phase de test

Même si cette nouveauté apportée par Google semble être une aubaine pour le référencement, elle est actuellement en phase de test. Ce qui limite son accès au grand public. Dès lors, il est probable que ce carrousel apparaisse de manière inopinée après une requête. Sa présence n’est pas – pour le moment ? – automatique pour toutes les recherches, à la différence d’autres fonctionnalités. 

Par ailleurs, le carrousel n’apparaît que sur l’application Google pour mobile et le web mobile. Il n’est également pas encore visible dans de nombreux pays, à l’instar de la France. Des limites qui tiennent aux rapports restreints que le géant américain entretient avec certains médias sociaux. En effet, le seul accord rendu public par Google a été passé avec Twitter en 2015. Ce partenariat lui permet d’indexer les contenus de la plateforme de microblogging dans ses pages de résultats de recherche. Jusque-là, il n’existe donc pas de contrats formels concernant les droits de publication des vidéos d’Instagram, de TikTok ou de Facebook sur “Google Discover”. Il pourrait bien s’agir d’une innovation mise en place par le géant du web pour surfer sur la tendance du snack content.

Mais une chose est sûre : vous pouvez visualiser ces vidéos en restant sur le moteur de recherche. En fait, si vous cliquez sur un contenu, vous êtes redirigé sur le site en question et non sur l’application native. Une fonction pratique pour les utilisateurs qui souhaitent retourner sur le moteur de recherche à la fin du visionnage.

Une intégration qui semble légale

L’intégration des vidéos de TikTok et Instagram dans le carrousel de Google n’a rien d’illégale. D’autant que cette fonctionnalité peut être utile pour développer sa visibilité sur la toile. Les contenus mis en avant sont en fait des vidéos en confidentialité de rang public. Ce qui permet à tout le monde – y compris Google – de les partager. Actuellement, Snapchat est le seul média social qui n’autorise pas le partage des vidéos de ses utilisateurs sur d’autres sites. Mais cela pourrait changer, si la politique de confidentialité de l’application venait à être modifiée par exemple. 

Il faut donc retenir que Google se limite simplement à partager les Reels d’Instagram et les vidéos de TikTok, comme le ferait un utilisateur lambda. À la seule différence que l’intégration de ces contenus au sein même des SERP reste une grande innovation. Cela permet de visualiser facilement ces fichiers sans avoir à ouvrir ces applications. Le concept est similaire à ce que font la plupart des plateformes qui intègrent des vidéos de YouTube. Les visiteurs visionnent ainsi le contenu à travers le lecteur vidéo de l’application d’hébergement. Ce qui ne signifie pas pour autant que la vidéo est volée au réseau social dont elle est issue.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire