Stratégie sur les réseaux sociaux des écoles et universités
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

La plupart des écoles et universités ont réussi leur transition numérique, que ce soit sur Internet ou sur les réseaux sociaux. Ces outils leur permettent de développer leur notoriété, communiquer, promouvoir leur formation et même recruter de nouveaux étudiants. Si de nombreuses écoles de l’Enseignement Supérieur sont présentes sur les réseaux sociaux, avec parfois plusieurs comptes sur un même réseau social, ce n’est pas gagné pour autant. Élaborer une stratégie pertinente pour chaque réseau social est une étape indispensable, d’autant que les écoles s’adressent à des cibles multiples. Votre stratégie va donc déterminer quels sont vos objectifs sur chaque réseau social, quelle est votre cible et quel ton faut-il utiliser.

Stratégie des écoles et universités sur les réseaux sociauxFacebook : le réseau social qui fédère une communauté large

Facebook est le réseau social qui rassemble le plus d’utilisateurs. C’est aussi le cas pour les écoles et universités. Leur compte Facebook totalise le plus de membres, devant LinkedIn et Twitter.

Baromètre digital des écoles de commerce – Digischool

Abonnés Facebook écoles de commerceAbonnés Twitter écoles de commerce

Généralement, c’est sur Facebook que l’on se rend en premier pour se renseigner sur une marque. Dans le domaine de l’éducation, c’est devenu le même réflexe. Pour les écoles, Facebook est un réseau social grand public qui sert à communiquer au plus grand nombre grâce à une communication institutionnelle. On peut aborder beaucoup de sujets sur Facebook, ce qui permet de fédérer une large communauté (professionnels, alumni, étudiants actuels et futurs). Pour instaurer une relation conviviale et créer un lien de proximité avec votre communauté, il faut emprunter un ton assez léger et décontracté tout en abordant des sujets institutionnels.

Twitter : celui qui s’adresse aux professionnels

Au contraire, Twitter est beaucoup plus « corporate ». Les comptes Twitter des écoles sont surtout utilisés par les professionnels (entreprises, partenaires journalistes) et le ton y est un peu plus formel. Toutefois, certaines écoles optent pour la création de plusieurs comptes Twitter afin de différencier la communication pour chaque cible. Ainsi, les écoles disposent d’un compte Twitter institutionnel auquel on ajoute une diversité d’autres comptes.

L’école de commerce Audencia possède un compte institutionnel, et une multitude d’autres comptes pour :

Twitter reste donc assez grand public suivant son utilisation.

LinkedIn : le point de rencontre entre alumni et professionnels

Pour communiquer sur un réseau social encore plus « corporate » que Twitter, il faut alors se tourner vers LinkedIn. Le réseau social des professionnels attire sans surprise… des professionnels, en particulier les anciens étudiants d’une école, les alumni. Il peut aussi attirer des entreprises. Deux cibles distinctes qui peuvent être différenciées par des pages LinkedIn différentes. En effet, LinkedIn permet aux écoles et universités de créer une page Entreprise, mais aussi une page Éducation.

Sur la page Entreprise, on publie davantage de contenus destinés aux entrepreneurs qui sont des partenaires potentiels pour les écoles et universités.

Sur la page Éducation, on valorise le parcours et la réussite de ses étudiants, actuels ou anciens. LinkedIn apparaît alors comme le réseau social idéal pour développer et fédérer une communauté d’alumni.

Instagram : pour communiquer par l’image sur la vie de l’école

Instagram est le réseau social pour communiquer par l’image. C’est aussi un réseau social essentiellement utilisé par les jeunes, donc les étudiants et les candidats. Il est intéressant de mettre en avant l’école et son environnement, les événements qui s’y passent et les étudiants qui représentent l’école. Vous pouvez publier des photos et vidéos sur les remises de diplômes, les événements sportifs et caritatifs auxquels participent les étudiants, l’intérieur de l’école, etc. Instagram est encore sous-utilisé alors qu’il a un potentiel considérable en termes de recrutement d’étudiants.

YouTube pour recruter des nouveaux étudiants

YouTube permet aux écoles et universités de parler directement aux jeunes par la vidéo. C’est un canal privilégié par la génération Z notamment, les futurs candidats. Aujourd’hui, beaucoup de Grandes Ecoles de commerce ou d’ingénieur créent des vidéos très convaincantes et créatives pour séduire les candidats. En cette période d’admissibilité, on voit beaucoup de vidéos véhiculant un fort sentiment de fierté et d’appartenance. D’autres vidéos utilisent l’humour pour faire le buzz. YouTube n’est pas seulement utilisé en tant qu’arme de séduction. Le format vidéo est devenu un outil pédagogique. Ainsi, des conférences, des cours, des tutoriels sont mis en ligne pour les étudiants de l’école.

Aujourd’hui, on ne peut pas passer à côté des réseaux sociaux, y compris surtout quand on est une école ou une université. Ces outils permettent de communiquer auprès de professionnels, de professeurs, d’alumni, d’étudiants et de candidats. Mais ces cibles ne se trouvent pas forcément sur les mêmes réseaux sociaux. Il faut alors différencier sa stratégie de communication sur chaque réseau social. Pour comprendre comment fédérer une communauté autour de votre école grâce aux réseaux sociaux avec des cas pratiques, vous pouvez lire cet article à ce sujet. Sinon, vous pouvez toujours nous contacter.  🙂

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

1 réflexion au sujet de “[Infographie] Quelle stratégie les écoles doivent-elles adopter sur les réseaux sociaux ?

  1. Voici un très dangereux état de l’incrustation commerciale de grandes sociétés Américaines au seins de notre système de formation et d’enseignement, dans tous les établissements Français, qui s’oppère et s’incruste insidieusement d’année en année. Pole emploi,le Cnam… les écoles et formations du numériques se spécialisent a former a vendre les services de Google, Amazon et autres compagnie Américaines.

    Nos écoles publique se voient transformées en formatrices de commerciaux au services de ces grandes marques étrangères, occultant du même coup les anciens acteurs nationaux ou fermant la porte à ceux émergents.

    Google a inséré incidieusement dans son moteur un annuaire d’entreprise (les médecins, avocats, des millions de petits commerçants ou artisans qui n’ont pas de site web et donc ne peuxvent êtres visités par un robot), et di même coup, a semé la terreur auprès de tous les webmasters en menançants de sanction lourde ceux qui créent des liens non naturels sur les Annuaires Français.

    Cette politique de terreur, menace et sanction de Google a généré il y a quelques année une panique dans le milieu professionnel du web et numérique, beaucoup de sociétés Française spécialisées ont déposées le bilan sur cette campagne d’intimidation de Google, qui lui a donc permit d’imposer son annuaire sur les requêtes concernées qui représentent + de 70 % du trafic web quotidien sur l’exagone.

    Le site http://www.annuairefrancais.fr qui a plus de 20 ans d’existence à ainsi vu son trafic chutter progressivement depuis cette politique de prise de monopole de Google, avec 40% de chute de trafic puis 60 et 80% lorsque Google a commecé a mettre en première place couvrant tout l’écran d’un portable, ses publicités avec une grosse map et 3 établissements sur les requêtes professionnelles localisées (ex. maçon paris).

    L’enseignement public va encore plus loin, puisqu’on y enseigne comment faire du marketing avec Google, comment acheter des mots clés et crée / gérer des campagnes publicitaire Adwords pour des clients, comment utiliser Google Shopping , Amazon pour des clients, comment communiquer en achetant des liens ou des messages sponsorisés sur Google Gmail, Hotmail, Twitter, Facebook …

    Pourtant, la France s’organise et réagit. L’annuaire Français travaille sur un nouveau moteur de recherche 100% Français http://www.premsgo.fr , un vrai moteur avec ses propres données data (contrairement à Qwant qui utilise les données du géant Américain Bing Microsoft), qui ne visite que des établissements ayant un numéro de Siren et n’envoie ses robots qu’après avoir vérifier la propriété du site, tout en ne “fliquant” ses visiteurs.

    Dans le secteur marchand, l’Annuaire Français annonce aussi pour la rentrée 2017 la mise en service d’un big data 100% gratuit sans droit d’entrée ni commission ni paiement au clic du probablement le plus grand site E-commerce à venir, dans lequel tous les commerçants Français pourront diffuser la totalité de leur catalogue produit mais aussi de services, sans même avoir besoin d’avoir un site web. PremsgoShop s’annonce comme le plus grand site marchand Français, 100% gratuit, au service de l’économie Nationale, en concurrence directe et nettement avantageuse par rapport aux Amazon, Ebay, Booking.

    La prolifération d’intermédiaires TRÈS gourmand, pour la majorité ayant comme maison mère des sociétés étrangères, sont un vrai poison pour notre économie. Avec d’importants moyens publicitaires et des avantages de lancement pour attirer le chaland, ses sociétés se positionnent comme un intermédiaire au début “pratique”, puis peu à peu, “saignent” les commerçants en augmentant leurs commissions a 15, 20, 25 voire 30% de commission sur des réservations ou des ventes de produits ou services.

    L’éducation nationale, l’enseignement privés, les centres de formation, jusque même dans les Chambres de commerce (CCI), les chambres de métiers, les centres d’aide à la création d’entreprise, partout en profondeur, le matraquage dans la tête de nos jeunes futurs responsable numériques, publicitaire, marketing, spécialistes Ecommerce… est partout envahis par ses sociétés Américaines.

    Il faut que notre système d’éducation, consulaire, que nos ministres et ministères cessent de faire la part belle a l’égémonie insidieuse de ces grands groupes étrangers qui finissent par piller notre économie et mettent en oeuvre une stratégie ferme et très active pour rétablir l’équilibre juste et honnête dans cette avalanche d’intrusion et de prise de contrôle de notre économie numérique.

    Exemple de formation spécifique pour former a vendre les services publicitaires de Google Adwords : http://formation.cnam.fr/rechercher-par-discipline/referencement-payant-et-display-208259.kjsp?RF=
    Ces formations qui attirent de plus en plus de jeunes sont aussi promues par POLE EMPLOI pour vendre de plus en plus de publicités Google : ex https://labonneformation.pole-emploi.fr/annonce-formation/certificat-de-competence-e-marketing-et-e-commerce-170760

    Cet apprentissage de la commercialisation des services de Google rentre parfois dans le cadre de formations financées par l’état !

    Les exemples sont innombrables … il faut désormais revoir l’ensemble des acteurs dans l’enseignemnt, l’emploi, le soutiens aux entreprises, et même les médias, pour stopper cette dérive grave et rééquilibrer la présence des acteurs.