Le référencement de vos vidéos (VSEO) sur les moteurs de recherche

Pour avoir la visibilité souhaitée sur le Web, il faut, entre autres, disposer d’une bonne stratégie d’optimisation de ses vidéos. Ceci est essentiel à cause de la masse de contenus vidéo déjà disponibles sur la toile. Conscient de cela, Google a partagé récemment deux nouvelles ressources pour faciliter le référencement de ces fichiers par son moteur de recherche. Il s’agit d’une vidéo « Lightning Talk » pour Search Central et d’un guide des bonnes pratiques relatives aux VSEO. Dans la première, Danielle Marshak, product manager chez Google, fait part de 5 conseils à suivre pour un meilleur référencement. Voici ces 5 astuces !

Source (Danielle Marshak, Product Manager @ Google) : https://www.youtube.com/watch?v=1Zqkz8Y_kFw

Garantissez l’accès à vos vidéos sur Internet

Le premier conseil SEO de Google, pour ses utilisateurs, est qu’ils assurent la disponibilité de leurs vidéos. Celles-ci doivent être accessibles sur une page publique Web. Ainsi, Google pourra les prendre en compte.

Pour mettre en œuvre cette recommandation, vous devez veiller à faire correspondre vos contenus vidéos à des URL libres d’accès au moteur. De même, vous devez pouvoir les rendre facilement visibles aux visiteurs sans qu’ils aient à réaliser des actions complexes. Toujours dans le sens de la visibilité, vous devez vous assurer que les vidéos ne sont pas bloquées par un robot. Ce dernier comprend des fichiers robots.txt et les balises meta robots no index.

Proposez des données structurées pour vos vidéos

Pour savoir de quoi parlent les vidéos, le moteur de recherche Google doit disposer de ce qu’on appelle données structurées. Celles-ci sont un format normalisé donnant des renseignements clairs sur une page Web en vue de son classement.

Pour réussir à fournir ces données, vous pouvez vous appuyer sur le balisage VideoObject. Il vous permettra de facilement ajouter les informations ayant trait au titre et à la description de la vidéo. Vous avez également la possibilité d’y intégrer sa durée, sa miniature, sa date de chargement de même que son URL.

Néanmoins, gardez premièrement à l’esprit que votre titre doit être captivant. Il doit pouvoir contenir le plus naturellement possible, le principal mot-clé développé dans la vidéo. Deuxièmement, expliquez brièvement à travers la description, le sujet abordé tout en vous servant des keywords. Cela permettra à vos visiteurs de comprendre clairement ce à quoi il faut s’attendre dans la vidéo. Notez que vous pouvez trouver le markup VideoObject sur Shema.org.

En outre, en fournissant des données structurées, vous pourrez avoir accès à d’autres fonctionnalités. Il peut s’agir de l’apparition du badge Live et des temps clés de la vidéo.

Intégrez des vignettes de bonne qualité

Pour chaque contenu vidéo mis en ligne, il est important d’inclure des vignettes de qualité supérieure.

En effet, l’une des premières choses que les internautes verront au niveau de votre vidéo est la vignette. Elle fait donc partie des facteurs qui déterminent si les visiteurs la visionnent le contenu ou pas. Vous devez y prêter une grande attention.

Pour cela, évitez d’utiliser les couleurs comme le rouge, le blanc ou le gris. La raison de cette recommandation réside dans le fait que ces couleurs se fondent facilement dans les résultats issus des requêtes. À défaut de ces couleurs contrastantes, vous pouvez privilégier le bleu et le vert.

De plus, les vignettes doivent posséder un URL déchiffrable par le moteur de recherche. Cela est indispensable pour que le contenu publié puisse être indexé. Par conséquent, vous devez en plus de proposer des miniatures, vérifier si elles sont valides. Vous devez aussi éviter que le lien permettant d’accéder aux vignettes ne soit bloqué par un fichier robots.txt.

Sachez également que si vous vous servez de la balise HTML, vous devez plutôt spécifier l’attribut poster. Cela est primordial lors de l’activation de la vignette. Rappelons qu’il est possible que Google génère lui-même pour vous une vignette selon la vidéo publiée.

Pour que cela soit ainsi, il faut que la vidéo soit avant tout compatible avec le format utilisé par Google. Nous notons comme formats préférés du moteur le JPG et la PNG. La tranche de taille qu’il admet est comprise entre 160 x 90 à 1 920 x 1 080 pixels.

Deuxièmement, le robot d’exploration ne doit pas faire face à une protection par paywall ou par identifiants de connexion. Il doit pouvoir accéder facilement à la page sur laquelle se trouve la vidéo et aux octets de streaming.

Troisièmement, la plateforme Web hébergeant la vidéo ainsi que le serveur, doivent posséder une bande passante suffisante pour favoriser l’exploration. Par ailleurs, les encodages vidéo acceptés par Google sont au nombre de 26. Parmi ceux-ci, nous distinguons le :

  • .3gp2 ;
  • .avi ;
  • .flv ;
  • .m4v,

Il explore aussi d’autres types de fichiers vidéos comme : le.asf, le.m3u8, le mpeg, et bien d’autres encore.

Ajoutez un sitemap pour vos contenus vidéo

Un autre paramètre sur lequel Google se base pour le référencement d’une vidéo est le sitemap avec ses balises.

Tout d’abord, un sitemap pour vidéo est un fichier qui contient les informations complémentaires sur ces vidéos. Autrement, il favorise la prise en compte de l’ensemble des contenus ajoutés nouvellement sur le site. Il assure aussi l’intégration des informations susceptibles de ne pas être considérées par le robot d’exploration habituel.

Pour donc optimiser vos contenus, pensez à ajouter un sitemap vidéo à vos pages. Ainsi, Google s’y appuiera pour mieux comprendre de quoi traite votre vidéo et par la même occasion, bien la positionner dans les résultats de recherche.

Un accès libre aux fichiers audio et vidéo

La cinquième recommandation SEO de Danielle Marshak est de rendre accessibles les contenus audio et vidéo de vos pages. En le faisant, vous donnez la possibilité à Google de bien interpréter ce que vous publiez. Vous gagnez de cette même façon des fonctionnalités complémentaires comme les aperçus vidéos et les moments clés lors de la navigation.

Les premiers consistent à diffuser une partie de quelques secondes de votre vidéo en format miniature. Par contre, les seconds offrent une grande visibilité à vos vidéos sur le Web.

En considérant ces 5 conseils donnés par Google, vous pouvez tirer profit de vos vidéos afin de booster votre référencement. Toutefois, vous devez vous assurer au préalable de la pertinence des vidéos par rapport à la thématique de votre site. Vous devez aussi penser à mettre les vidéos au centre de votre page Web. Elles doivent être mises en avant pour favoriser une bonne interaction avec les internautes. Un dernier point essentiel que vous devez également prendre en compte concerne vos contenus textuels. Vous devez mettre un accent particulier sur le référencement naturel de ceux-ci afin qu’ils soient bien positionnés.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn