Google Shopping Actions : vendez autrement avec Google.
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Alors qu’elle était encore en version bêta aux États-Unis, il semblerait que la nouvelle solution de Google Shopping soit en cours de développement en France. En effet, annoncé le 11 juin dernier, Carrefour et Google nouent un partenariat pour permettre à ce dernier de s’essayer à l’e-commerce dans l’hexagone. Une annonce importante qui modifierait l’utilisation même de Google Shopping. Ainsi, votre agence de référencement payant, SEA, vous présente la nouvelle fonctionnalité Google Shopping Actions.

Google Shopping Actions : qu’est-ce que ça change ?

En mars dernier, Google a lancé sa nouvelle offre : Google Shopping Actions. Un programme qui permet aux e-commerçants d’afficher leurs produits sur trois plateformes de Product Listing Ads : le réseau de recherche, Google Shopping et l’interface vocale Google Assistant. Son objectif est de faciliter le parcours d’achat des internautes depuis un seul et même réseau. De le fluidifier avec un panier d’achats universel. Mais aussi de simplifier l’expérience achat en ligne et vocal. Ensuite, ces commandes sont envoyées au service de livraison propre à Google : Google Express.

Concernant les e-commerçants, ils pourront gérer leurs annonces depuis le Merchant Center. Il s’agit de la plateforme sur laquelle ils gèrent déjà leurs campagnes Google Shopping. La seule différence est qu’ils ont juste besoin de paramétrer Actions pour que ces dernières pointent vers Google Express. En ce qui concerne la facturation des annonces, celle-ci diffère aussi des campagnes Google Shopping. En effet, oubliez le coût par clic ou le coût par mille affichages et dites bonjour à la facturation par vente.

Le plus de Google Shopping Actions est sans aucun doute le panier multimarchand qui fait de Google une marketplace, quoi qu’on en dise. 

Trois plateformes pour utiliser Google Shopping ActionsSource

Une disponibilité américaine

Il y a quelques mois, l’offre était une solution bêta et exclusivement disponible aux États-Unis. Ainsi, des e-commerçants testeurs ont pu essayer la solution. Seulement, des conditions précises étaient requises : avoir des boutiques physiques, des entrepôts aux États-Unis et respecter les règles propres à Google Shopping. Aux oubliettes, donc, les produits contrefaits ou encore ceux qui sont susceptibles d’être dangereux pour les utilisateurs. Une fois toutes ces conditions réunies, il suffit de remplir un formulaire d’inscription pour devenir Bêta testeur.

Mais Google Shopping Actions semble arriver en France

Et c’est au travers d’un partenariat avec le géant de la grande distribution, Carrefour, que Google souhaite lancer sa marketplace française. Ensemble, ils ont annoncé « une nouvelle expérience d’achat Carrefour dans l’environnement Google (Assistant Google, Google Home et via une nouvelle interface du site Google Shopping en France) ». Ainsi, Sébastien Missoffe, vice-président, directeur général de Google France explique :

« Les acheteurs souhaitent des expériences fonctionnelles, simples et personnalisées qui les aident à prendre des décisions sur ce qu’ils achètent, à créer facilement des paniers d’achats quel que soit le support utilisé et avec un paiement final facilité ».

Néanmoins, même si tout laisse à croire que Google Shopping semble se transformer en marketplace, Google nie et François Loviton explique « Google Shopping ne devient pas une marketplace. C’est d’abord dû à la place du commerçant dans l’expérience. Nous ne voulons pas recréer l’expérience du site marchand, nous encouragerons le visiteur à entrer par le commerçant plutôt que par le produit ».

Quelques différences avec la version américaine

Google Shopping Actions France ne disposera pas du service de livraison Google Express, comme c’est le cas aux États-Unis. Une absence qui crée alors quelques différences avec l’Actions américain. En effet, alors qu’aux États-Unis Google utilisera les données des internautes pour personnaliser leurs recommandations, en France, avec la mise en place du RGPD, la collecte de données est restreinte. C’est l’utilisateur qui décide de lier son compte Google à celui du e-commerçant pour lui partager ses informations. Néanmoins, l’utilisation reste la même, un panier universel accompagné d’un paiement oneclick.

 

Exemple de Google Express service de livraison de Google

Du côté utilisateur

Du côté commerçant, Google Shopping Actions permet aux professionnels de lister leurs produits directement dans les recherches Google. Seulement, pour les utilisateurs comment cela fonctionne-t-il réellement ? À vrai dire, l’utilisation est vraiment très simple. En effet, il suffit, par exemple, de taper dans les recherches Google ou de demander à son enceinte connectée « où puis-je acheter de la lessive ? » et Google présente les produits de ses partenaires. L’objectif de Google est d’apporter aux utilisateurs une expérience unifiée, c’est-à-dire que quel que soit le terminal utilisé (smartphone, ordinateur ou enceinte connectée), l’expérience d’achat reste la même. Concernant les partenaires actuels de Google, aux États-Unis, les utilisateurs peuvent retrouver Target, Walmart, Costco… Et en France, le géant de la grande distribution, Carrefour, est la première enseigne à devenir partenaire de Google Shopping Actions. Il sera probablement bientôt suivi par OUI.sncf, la Fnac et Sephora.

En conclusion

Avec sa nouvelle fonctionnalité, Google Shopping Actions, Google veut se positionner comme partenaire de la transformation digitale des distributeurs en leur apportant les outils à la pointe de la technologie, telle la reconnaissance vocale. C’est aussi un moyen pour Google de venir concurrencer le géant Amazon, en simplifiant l’expérience client. Il est donc d’ores et déjà nécessaire de se préparer à ces prochains changements.

Nos experts en référencement SEA font de la veille quotidienne sur les prochaines innovations de leur secteur. Ainsi, si vous souhaitez mettre en place des campagnes Google Shopping ou vous informer sur les futures campagnes Google Shopping Actions, n’hésitez pas à les contacter.

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire