google zero clic
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le professionnel du SEO Rank FISHKIN a fait un constat très alarmant l’été dernier. Lors d’une étude menée en 2019, sur le taux de clic depuis l’insertion des rich snippets, les chiffres ont révélé que 49 % des internautes ne cliquaient pas sur les résultats d’une recherche effectuée. À côté de cela, beaucoup se sont rendus compte également que le trafic vers leur site web était désormais de moins en moins important. En effet, seulement 1 internaute sur 2 prolonge une recherche au-delà de la page de résultats générée par Google. Ce phénomène est observé aussi bien pour les petits sites web que pour les plus grands, pourtant souvent bien mieux référencés dans la base de données du géant américain. Malgré le bon positionnement de certains sites, le taux de clics tend à diminuer considérablement.

Explication du phénomène

Les internautes sont de plus en plus nombreux à être absorbés par cette tendance au « zéro clic ». De quoi s’agit-il exactement ? Si vous vous posez encore la question, nous allons y répondre très brièvement dans cet article. C’est tout simplement le fait de faire une recherche, en posant soit une question bien précise, soit en tapant des mots-clés sur un moteur de recherche, par exemple Google. Cette recherche engendrera une série de résultats, mais des résultats sur lesquels l’internaute ne cliquera pas.

Pourquoi donc demander une information et une fois celle-ci générée, se défiler sans même chercher à accéder au contenu explicatif proposé ?

C’est bien là la question que se sont posés les experts du SEO en menant cette étude. Et pour le coup, deux réponses évidentes semblent se profiler à l’horizon :

  • La première serait donc l’hypothèse selon laquelle l’internaute qui a obtenu pleine satisfaction, en consacrant le moins de clics possibles, n’a aucun intérêt à poursuivre la navigation sur le serveur. Et donc, en lisant les informations, même synthétisées, qui s’affichent sur la page de résultat, souvent au travers de rich snippets, la personne s’en contente et quitte le moteur de recherche ;
  • Autre option : L’internaute ne clique pas, parce que justement, il n’a pas l’impression que sa requête ait été bien saisie par le moteur de recherche. Il va alors décider de relancer sa recherche en s’aidant de nouveaux termes beaucoup plus précis et surtout, en changeant ceux précédemment utilisés.

Si vous trouviez déjà que les taux de clic étaient bien bas, vous serez surpris de voir la différence de clic selon qu’il s’agisse de résultats organiques ou payants.

Les rich snippets : les faux amis des annonceurs

Optimiser son site : tous les consultants SEO n’ont plus que ces mots-là à la bouche. Proposer aux robots de Google des données structurées, pour rendre votre contenu encore plus visible sur la toile. Plus vous serez précis, et mieux vous serez positionnés dans la base de données de Google. Ce qui en théorie, n’est pas totalement faux.  Apporter le maximum d’informations justes et vérifiables, parfois même illustrées, et le moteur de recherche vous fera apparaître en tête de fil. Dans un monde où la concurrence règne de façon permanente, les marques essayent tant bien que mal de se démarquer, en mettant en avant le mieux possible les produits et services qu’elles proposent.

C’est dans cette optique que les rich snippets sont de précieuses armes. Ils serviront, comme leur nom l’indique, à étayer au mieux les résultats de recherche de Google.  À chaque question posée, la réponse est de plus en plus précise. Tellement claire, que l’internaute ne trouve plus utile d’aller lire le contenu sur la page Web dont il a été tiré pour en comprendre le sens. On observe qu’ils arrêtent de plus en plus tôt leur parcours de navigation, notamment aux portes de la page de recherche de Google.

tendance zero clic
Les chiffres Google concernant le « zéro clic ».

Pourtant, ce n’est qu’en cliquant sur les liens suggérés, que les différents e-commerçants parviennent à vendre leurs services et produits sur le net. La stratégie de référencement mise en place par chacun d’un n’est pas rentabilisée si les internautes ne cliquent plus.

Google : un rival silencieux ?

On peut alors penser que Google devient en quelque sorte un concurrent phare des annonceurs. En donnant l’information et étant désormais seul à bénéficier des clics des internautes véritablement.  Faut-il donc arrêter d’enrichir ses données et prendre le risque de se retrouver bien loin derrière ses concurrents ? Les détenteurs de sites web se posent la question. Comment faire pour encourager à nouveau les internautes à cliquer sur les liens suggérés par Google ?

Actuellement, la performance des moteurs de recherche n’est plus à démontrer. Ces dernières années, ils ont subi de nettes améliorations, notamment avec l’introduction des rich snippets.

À une ère où les moteurs de recherche tendent à devenir des moteurs de réponse, la question de la continuité du SEO se pose.  Quel avenir sera réservé au SEO ?

C’est bien celle-là la question à un million à laquelle nos experts se proposent de vous répondre personnellement. N’hésitez pas à nous contacter pour clarifier toutes les zones d’ombre qui planent encore dans vos têtes en matière de référencement naturel. À une ère où les moteurs de recherche tendent à devenir des moteurs de réponse, la question de la continuité du SEO se pose.  Quel avenir sera réservé au SEO ?

Retrouvez l’étude complète réalisée par Jumpshot.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire