privacy sandbox google
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La firme de Mountain View se lance dans un nouveau projet ! Justin Schuh, directeur de l’ingénierie de la confidentialité et sécurité de Google Chrome l’a annoncé dans un rapport, publié ce 22 août 2019 : le géant américain est actuellement en train de développer un projet autour des contenus publicitaires et de la protection de la vie privée. Votre agence, spécialisée en référencement payant, vous donne plus de détails.

Privacy Sandbox : un environnement web mieux préservé

La confidentialité de ses utilisateurs est une priorité. Enfin, c’est l’image que Google veut donner de sa société. Et avec cette nouvelle initiative à long terme, Google tente de le démontrer. La compagnie américaine cherche à protéger les données personnelles de ses utilisateurs lors du ciblage publicitaire en ligne. Un compromis qui s’annonce très difficile à trouver avec les annonceurs, mais la firme de Mountain View croit énormément en Privacy Sandbox.

La nouvelle technologie de Google est une API qui va continuer d’apporter des données d’utilisateurs aux annonceurs, mais sans que ces dernières ne soient trop personnelles. Concrètement, Privacy Sandbox mettrait fin au ciblage personnel afin de laisser place à du ciblage plus groupé. Ces groupes d’utilisateurs ciblés seront donc plus vagues, mais selon Google, cela n’empêcherait apparemment pas aux annonceurs d’effectuer leur ciblage.

De plus, le géant de la publicité veut mettre en place un « privacy budget ». L’idée est de réduire la réception de publicités pour les utilisateurs, en limitant les possibilités des annonceurs. Par exemple, le fingerprinting qui sert énormément aux sites afin d’identifier les internautes de façon unique, sera repoussé et les utilisateurs resteront anonymes grâce à l’usage d’outils cryptographiques. Puis, comme son nom l’indique, ce « privacy budget » restreindra les sites au niveau de leurs appels API ; les sites auront un budget pour récolter les informations qu’ils désirent. Une fois leur budget épuisé, les moteurs de recherche ne répondront plus à leur demande. Bien entendu, les informations ne seront pas assez précises au point que les utilisateurs ne soient plus anonymes.

Pour ce faire, Google a l’intention de travailler sur ce projet avec la communauté du web (annonceurs publicitaires, éditeurs, moteurs de recherche, etc), tout en précisant que des modifications pourraient déjà avoir lieu au préalable sur navigateur Web, Chrome.

Pourquoi vouloir appliquer ses idées à tous ?

Bien que la firme de Moutain View agisse pour satisfaire, à la fois les utilisateurs et les annonceurs, cette initiative intervient alors que les moteurs de recherche concurrents se montrent séduisants pour les internautes, en matière de confidentialité. Mozilla a déjà élaboré des concepts anti-fingerprinting, pour ne citer qu’eux.

Cependant, Google ne veut pas suivre Mozilla et consort dans les mesures de confidentialités déjà prises. La société estime qu’elles sont trop drastiques et pas efficaces. Selon Google, bloquer tous les cookies tiers n’est pas la bonne solution, car les développeurs vont réussir à se rabattre sur le fingerprinting. Le moteur de recherche phare est même prêt à négocier avec ses concurrents pour avancer dans ce projet Privacy Sandbox et trouver des solutions communes à tous.

Qu’est-ce qui attend Google ?

À l’heure où les grands réseaux sociaux cherchent à redorer leur blason concernant la confidentialité et la vie privée de leurs utilisateurs, c’est un challenge compliqué dans lequel se lance Google, en voulant s’assurer de la satisfaction des internautes et des annonceurs. Il va falloir que la société américaine trouve la bonne formule entre ne pas être trop strict au risque de perdre ses annonceurs et respecter ses dires quant à la confidentialité des internautes.

N’hésitez pas à contacter votre agence SEA si vous souhaitez être accompagné dans votre stratégie digitale.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Laisser un commentaire