accelerated mobile pages ou AMP
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Après une présentation au grand public début octobre, Google vient récemment d’annoncer la diffusion officielle de son projet AMP (Accelerated Mobile Page) pour février 2016. Celui-ci aura pour objectif d’accélérer l’affichage des pages web mobiles ! Cette initiative tendrait notamment à concurrencer Facebook avec son projet Instant Article et Apple avec l’appli News … Si ces deux derniers outils permettent de consulter plus rapidement les contenus et donc de générer mécaniquement plus de vues, les annonceurs se sentent lésés financièrement par Apple et Facebook qui ne permettent pas de monétiser leur contenu. De quoi fédérer un bon nombre d’acteurs du web autour du projet Open-Source de Google.

Le projet AMP en quelques mots

Le projet AMP est un projet Open-Source initié par Google fin 2015. Pour résumer, les Accelerated Mobile Pages (AMP) utilisent un framework HTML optimisé qui a été pensé pour diminuer le temps de chargement des pages, réduire la consommation des données et améliorer l’expérience utilisateur sur mobile. Grâce à cette solution ouverte, les éditeurs peuvent garder la main sur leurs contenus qui restent hébergés en interne, tout en bénéficiant d’une interface rapide, flexible et graphique. Google prépare peu à peu le terrain pour le lancement imminent de son projet : les propriétés des données structurées pour les articles viennent d’être mis à jour afin d’intégrer de nouvelles caractéristiques pour les AMP. Un plugin WordPress AMP est également d’ores et déjà en cours de développement afin de faciliter l’intégration de la solution qui pourrait être complexe à installer : sa mise en place nécessitera en effet des connaissances en développement et pourrait donc s’avérer coûteuse pour les entreprises.

Objectif : un web mobile toujours plus rapide

A l’heure où le volume de recherches sur mobile semble très proche de dépasser celui sur desktop, l’optimisation des sites web pour ce type de device peut s’avérer capital. Lorsqu’on sait que 40% des utilisateurs mobiles interrompent leur recherche si le temps de chargement est trop long, l’utilisation d’un tel outil prend tout son sens. Plusieurs données viennent corroborer l’influence de la performance du site sur l’engagement sur mobile. Radware a notamment mis en avant le fait qu’un temps de chargement supplémentaire d’une demi-seconde pouvait augmenter de 26% le sentiment de frustration et faire diminuer l’engagement de 8%.

De nombreuses entreprises se préparent déjà à utiliser la solution

Côté pro, des centaines d’éditeurs dans le monde, intéressés par le projet, sont déjà prêts à l’utiliser comme la BBC, le New York Times, La Folha de S.Paulo, El Pais ou encore le Times ou les Echos. Google parle aussi d’autres acteurs importants du web comme OutBrain, OpenX, AdSense pour la pub et Adobe Analytics, Nielsen, Chartbeat, Google Analytics pour le web analytics.

Plus récemment les leaders des applications de messageries comme LINE, Viber et Tango pensent utiliser le format AMP dès début 2016. Pinterest a déjà testé les pages AMP sur les applications iOS et Androïd et a constaté que celles-ci se chargeaient 4 fois plus vite et utilisaient 8 fois moins de données que les pages mobiles traditionnelles ! Pour ceux qui souhaitent des infos sur le projet AMP notez que Google invite à ce rendre sur GitHub où plus de 4500 développeurs forment une communauté d’entraide.

Un boost SEO pour généraliser l’utilisation de l’outil ?

Autre annonce Google : les pages AMP pourraient bénéficier d’un avantage SEO début 2016.  En effet, les contenus des sites qui utiliseraient ce type de format AMP seraient avantagés en termes de référencement et leurs liens pourraient être labellisés sous la forme d’un texte de type « fast » dans les résultats de recherche … Il ne reste plus maintenant qu’à attendre février 2016 pour en avoir le cœur net ! Bien que le géant américain soit coutumier des fausses annonces de ce genre avec des avantages en référencement naturel non réellement appliqués (https, mobile, …), on peut légitimement penser que les AMP seront, de fait, mieux référencées. Le critère de temps de chargement de la page cumulé à la diminution du taux de rebond et à l’augmentation de l’engagement utilisateurs liées à la technologie pourrait en effet jouer un rôle majeur sur le positionnement des sites utilisant les AMP. Pour rappel, Moz avait déjà annoncé en 2013 que le temps de chargement des 1ers résultats des pages de recherche sur Google avait en moyenne un temps de réponse 30% plus rapide que les 50èmes résultats. De quoi vous convaincre de tenter l’expérience pour optimiser votre site pour le SEO ?

Pour ceux qui veulent se lancer dans l’expérience AMP, Google a mis à la disposition de tous un tuto explicatif (en anglais). Une présentation de Paul Bakaus, développeur chez Google est également disponible pour en savoir plus sur le projet :

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire