L'expérience utilisateur (UX) devient un critère SEO pour Google en 2021 !
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ce n’est pas un secret, le classement des sites dans les résultats du moteur de recherche Google n’est pas le fruit du hasard. Google utilise des algorithmes qui prennent en compte plusieurs critères pour décider du positionnement des sites internet. Le but de cette manœuvre est d’offrir une bonne expérience de navigation aux internautes. Cependant, Google a annoncé officiellement que de nouveaux critères s’ajouteront à ceux qui existent déjà pour optimiser cette expérience. Et cette mise à jour a été baptisée Google Page Experience. Explications. 

Google Page Experience : qu’est-ce que c’est ?

Google cherche perpétuellement des moyens pour améliorer la qualité de ses services. Pour ce faire, il priorise le confort de navigation de l’internaute en faisant en amont un travail de tri et de classement. Cela lui permet de présenter les meilleurs résultats et de mettre en avant les entreprises et les sites qui prennent le temps d’élaborer un bon marketing de communication pour rendre leurs pages performantes.

Le moteur de recherche Google utilise donc un algorithme qui prend en compte plusieurs critères et signaux qui définissent la pertinence d’un site Web, et permettent de déterminer son positionnement dans les résultats. C’est en cela que se résume le Google Page Experience. Il s’agit de l’ensemble des techniques utilisées par Google pour cibler les sites les plus performants. Ces derniers apparaîtront en haut des pages de résultats afin d’améliorer l’expérience de l’utilisateur. Google a annoncé officiellement qu’il procéderait à une mise à jour de son algorithme en mai 2021 de sorte qu’en plus des critères habituels, les critères d’UX (expérience de l’Utilisateur) viennent s’ajouter.

Quels sont les critères du classement de Google Page Experience ?

Il existe déjà un grand nombre de critères que Google prend en compte pour évaluer le SEO (Search Engine Optimization) d’un site. Citons, entre autres :

  • le contenu, qui doit être pertinent, adapté à un besoin ou à des recherche des internautes, riche et exempt de duplication ;
  • le maillage du site (netlinking et backlinking), l’ensemble des liens internes et externes que possède le site ;
  • les techniques de base, le balisage adéquat du site, la bonne sémantique, les robots. txt, les sitemap, les redirections, etc.

Cependant, ces critères sont désormais insuffisants. En effet, de plus en plus d’internautes choisissent les sites en fonction de leur confort de navigation. Google a donc ajouté à ceux cités précédemment, des critères qui mesurent la qualité de l’expérience d’utilisateur : 

  • le FID, c’est la vitesse de réactivité et d’interactivité d’une page Web. Il doit être idéalement inférieur à 100 ms.
  • Le CLS (Cumulative Layout Shift), il mesure la stabilité visuelle d’une page, c’est-à-dire les mouvements d’éléments que l’internaute sera amené à observer pendant un téléchargement. Il doit être inférieur à 0,1.
  • Le LCP, c’est le temps total de téléchargement. Le contenu doit pouvoir s’afficher rapidement, en moins de 3 secondes.

Évidemment, en dehors des Core Web Vitals, d’autres signaux sont pris en compte par le Page Experience de Google. Il s’agit par exemple du mobile friendly, qui est l’accessibilité des sites sur les appareils mobiles. Il y a ensuite la sécurité de la navigation qui garantit que le site ne développe pas de contenus malveillants ou indésirables. Puis le HTTPS qui est un protocole permettant de proposer une connexion sécurisée aux internautes. Enfin, il y a le contrôle des publicités intrusives qui viennent nuire à la navigation de l’internaute et la rendent laborieuse.

Comment préparer son site internet à cette mise à jour ?

Cette mise à jour de Google doit pousser les éditeurs web à être plus performants. Et pour cela, vous devez avant tout connaître votre niveau actuel de performance par rapport aux signaux d’UX et prendre connaissance des outils Google pour l’améliorer. Les actions à mettre en œuvre sont les suivantes : 

  • Utilisez Lighthouse pour mesurer la performance de votre site grâce aux scores attribués ou procédez à un audit Web.
  • Améliorez la vitesse de chargement des pages de votre site en recourant à PageSpeedIsights qui prend en compte les Core Web Vitals. Un avis d’expert vous sera utile pour connaître les actions applicables à votre site.
  • Basez-vous sur les données relevées en conditions réelles pour reconnaître les points forts et les points faibles qui pourraient être améliorés par rapport aux critères UX grâce à Chrome User Experience Report API.
  • DevTools Performance panel grâce à sa section Experience vous permet de détecter les déplacements d’éléments indésirables qui nuisent à l’expérience utilisateur.
  • Isolez les pages qui ont besoin d’être optimisées sur votre site et définissez de façon précise ces optimisations grâce au rapport Core Web Vitals de la search console.

Par ailleurs, pour accéder aisément aux Core Web Vitals depuis votre navigateur, utilisez le Web Vitals Chrome extension.

Avec cette mise à jour, Google met au défi les éditeurs Web. Il est donc urgent pour chacun d’eux de prendre la mesure de la chose et de s’assurer d’être toujours à la page après le déploiement de l’update.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire