Quand le site internet de décathlon plante à cause de la réédition d'un jogging de 1985
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures, dit l’adage. Decathlon l’a bien compris cette semaine. La marque de sport s’est lancé dans la réédition d’un de ses anciens modèles de jogging datant de 1985. Et il faut croire que la marque ne s’attendait certainement pas à un tel succès. En effet, il a été tel que le site internet decathlon.fr a fini par planter face au trafic web démesuré qu’il a enregistré.

Quand le site de Decathlon plante à cause d’une réédition…

Le début de cette histoire commence, en réalité, le 24 août 2018 quand Decathlon publie sur son compte Twitter les images d’un catalogue de 1985 mettant en valeur des joggings estampillés Decathlon.

Twitter : au cœur de cette réédition

Un utilisateur de Twitter a alors interpellé la marque en demandant pour combien de retweets Decathlon serait prêt à rééditer ce modèle. Ce à quoi la marque a répondu qu’à partir de 10 000 retweets, le jogging serait réédité. Quatre heures plus tard, le tweet en question avait déjà atteint les 13 000 RT. Dès le 31 août, les stylistes étaient déjà sur le coup pour relancer le modèle de 1985.

Au fur et à mesure des mois, le Community Manager a tenu en haleine les abonnés pour enfin annoncer le 6 février dernier la date officielle de cette réédition. Pour les abonnés, le rendez-vous était pris le 13 février à 13 heures.

Le jour J : un succès démesuré

Le 13 février à 13 heures, le jogging a donc été réédité sur le site. Pour apporter une touche d’exclusivité, Decathlon avait prévu de proposer en ligne une série limitée à 1 000 exemplaires, numérotés à la main. Seulement, les internautes ont été massivement aux abonnés présents. Ils étaient déjà près de 30 000 à retweeter le tweet originel. Pourtant, ce jour-là, tout le stock n’a pas été vendu immédiatement… car le site a finalement planté avant même de pouvoir tout écouler. Il n’aura fallu que 30 secondes pour que le site plante suite à un trafic trop important. Dès que la situation fut rétablie, le jogging a rapidement été en rupture de stock.

Le succès avait été anticipée par Decathlon, mais visiblement pas assez. Sur son compte Twitter, la marque a en effet avoué être loin de leurs estimations de trafic prévues. À 13 heures, ce sont des dizaines de milliers d’internautes qui se sont rendus en même temps sur le site, soit trois fois plus que le pic historique qu’avait connu le site initialement. Le plantage du site était donc inévitable. D’après le dernier tweet de Decathlon, l’histoire ne va pas s’arrêter là. Il y a fort à parier qu’un autre projet de réédition soit lancé pour satisfaire les déçus, en particulier ceux dont la commande avait été validée, puis finalement annulée par Decathlon. Comme vous pouvez vous en douter, ce jogging en édition limité se revend déjà à des prix… plus ou moins raisonnables à en juger les annonces aussitôt publiées sur Le bon coin.

Comment gérer les pics de trafic sur son site ?

Généralement qui dit pic de trafic sur un site, dit risque de perte de chiffre d’affaires. Cela ne s’applique pas forcément pour Decathlon. Ici, il s’agit peut-être d’un mal pour un bien. En plus de vendre rapidement ses 1 000 exemplaires de cette réédition, Decathlon s’est offert un bon coup de pub. Mais si on n’a pas la notoriété de Decathlon, un pic de trafic peut être beaucoup plus gênant. C’est pourquoi il est primordial de se préparer à ce scénario.

Bien que cette thématique ne soit pas notre domaine d’expertise, nous ne pouvons que vous conseiller d’estimer, dans un premier temps, un volume de trafic pour un événement en particulier ou une opération spéciale (ex : soldes, Black Friday, passage à la télévision…). Ensuite, il faudra réaliser un test de montée en charge (TMC) pour déterminer si votre site a la capacité de supporter un tel pic de trafic. Si ce n’est pas le cas, il faudra alors vous tourner vers des solutions adaptées telles que l’ajout de nouveaux serveurs Web par exemple.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire