Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Alors que Noël, la Saint-Valentin, ou encore Halloween restent des fêtes traditionnelles – bien que fortement utilisées dans la publicité et à des fins marketing – qu’en est-il vraiment de la fête des grands-mères ? Tradition honorée ou coup de pub, quoiqu’il en soit, la fête des grands-mères reste l’occasion pour les marques d’une fois de plus surfer sur l’actualité et tirer le meilleur de leur marronnier (non pas l’arbre, mais ce calendrier regroupant tous les événements de l’année et qui permet d’envoyer des messages pile au bon moment).

Les origines de la fête des grands-mères

Cela fait maintenant trente ans que chaque premier dimanche de mars, nous mettons à l’honneur nos grands-mères… L’origine de cette fête, au risque de vous décevoir, n’a rien d’une légende romantique comme la Saint-Valentin, mais vient au contraire d’une opération marketing plutôt efficace de la marque de café Grand’Mère.

C’est en 1987 qu’est annoncée la célébration de la première fête des grands-mères, dans un ultime coup commercial pour essayer de redorer l’image de la marque. Qu’à cela ne tienne, cette fête est devenue tellement populaire qu’elle est restée inscrite et dans les mœurs et dans notre calendrier.

Les grands-mères et la publicité

Cette fête, tout autant que les autres, reste une occasion rêvée pour les marques de faire preuve de créativité en cette occasion ! Nous avons retenu pour vous quelques campagnes inspirées de nos aînées, et pour toucher toutes les générations.

Grand’mère Translate

La marque de café Grand’mère (justement) a créé un site, qui s’adresse aux jeunes et aux moins jeunes, et dédié à réduire ce gouffre d’incompréhension qui règne parfois entre grands-parents et petits-enfants. L’idée était ainsi de proposer un traducteur d’expressions de « jeunes », destiné à la meilleure compréhension des grands-mères.

Un dispositif qui a bien marché, et qui confère de surcroît à la marque un aspect connecté et en adéquation avec la société actuelle.

Renault – Jeu concours & Storytelling

Aux Pays-Bas, Renault mise sur la nostalgie, en racontant l’histoire d’une grand-mère, qui souhaite donner sa vieille 4L mais qui en a perdu les clefs. A la manière d’un jeu-concours immersif, et entièrement réalisé sur un site dédié, l’utilisateur doit parcourir la maison de grand-mère Hilda pour retrouver ses clefs et tenter de gagner la voiture.

Le storytelling encore une fois démontre son efficacité puisque que Renault Pays-Bas a doublé son quotat de likes grâce au jeu, en livrant à ses utilisateurs un conte empreint de nostalgie et d’histoire propre à Renault.

Vodafone Sunday Grannies

Encore une autre manière de rassembler les générations, et en même temps de promouvoir l’internet mobile auprès des personnes agées vivant seules, Vodafone a lancé en Roumanie l’opération « Sunday Grannies ». Le principe est simple, procurer à deux grands-mères une formation rapide sur les réseaux sociaux, et les laisser œuvrer aux fourneaux le dimanche pour cuisiner des plats pour les étudiants du quartier, tout en partageant leurs aventures sur leur page Facebook.

Le succès ne s’est pas fait attendre, puisque les deux grands-mères sont devenus des stars de la cuisine sur internet, recevant de plus en plus de réactions positives sur les réseaux sociaux à mesure qu’elle recevaient les étudiants chez elles. Fier de son succès, Vodafone a même créé un site sur lesquels les personnes agées pouvaient s’inscrire et participer à ce programme d’échange culinaire avec les jeunes. La marque a réussi son coup de comm’ puisqu’elle a augmenté ses ventes de 78% auprès des plus de 75 ans, triplant ainsi leur utilisation des réseaux sociaux, et réveillant ainsi la silver economie roumaine.

Le partenariat Uber & Johnsonville

On peut dire qu’Uber est spécialiste des partenariats en tout genre pour faire parler de sa marque : afin de se prouver véritable support de communication, elle s’est associée aux Etats-Unis à la marque de charcuterie Johsonville. Insolite vous dites ? En effet, et ce n’est pas tout : Uber remplit son rôle de transporteur, puisque l’idée est de livrer des plats cuisinés par des grands-mères suite à des commandes passées via l’application d’Uber… mais pas n’importe comment.

Les plats sont non seulement cuisinés, mais aussi sont livrés directement dans petites maisons toutes équipées, et montées sur roues, dans lesquelles des grands-mères – les « Sausage Nonnas » – cuisinent leurs commandes, malgré les aléas de la circulation…

Une association originale pour une opération plus qu’insolite : une recette qui marche pour les deux marques ! Le service de livraison le plus qualitatif de l’histoire fait gagner à Uber et Johnsonville en capital sympathie, et les gratifie d’une promotion bien méritée.

Partenariat, storytelling, jeux concours et opérations en tout genre, ne négligeons pas le pouvoir de nos grands-mères ! Surtout lorsque l’on sait que c’est une population qui tend à s’élargir, ouvrant grand aux marques les portes de la silver économie et de ses nombreuses opportunités.

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire