visuel android google siège
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Google a annoncé il y a quelques jours une modification importante en ce qui concerne le système d’exploitation Android : dès 2020, le moteur de recherche sera sélectionné par une mise aux enchères pour les utilisateurs Android. Votre agence digitale vous donne plus d’informations.

Une mesure à l’échelle européenne

Le 2 août dernier, le directeur de la gestion des produits de Google, Paul Gennai, a publié un communiqué révélant le changement qui sera adopté pour 2020 ; la filiale de la société Alphabet va mettre aux enchères l’emplacement du moteur de recherche par défaut pour les utilisateurs Android. Dès l’an prochain, à la première utilisation, les utilisateurs verront un message s’afficher afin de choisir un moteur de recherche parmi les quatre qui seront proposés. Alors, le moteur choisi deviendra celui par défaut et celui utilisé avec Google Chrome. Cette modification ne fera effet qu’en Europe car elle va être mise en place afin de répondre à sa condamnation à payer une amende de 4,3 milliards d’euros, qui remonte à juillet 2018. La Commission Européenne reproche à Google d’avoir une position préférentielle concernant les smartphones Android.

affichage moteurs recherche android
Voici l’affichage-type qui sera au démarrage des smartphones Android dès 2020 pour le choix du moteur de recherche.

Un désavantage pour les moteurs de recherche secondaires

Google précise que la mise aux enchères sera bien distincte dans chaque pays. Chaque moteur de recherche pourra enchérir sur les pays de son choix. Mais, la seule condition posée par Google est un seuil minimum de soumission par pays afin d’entrer dans la mise aux enchères.

Suite à l’annonce de ces informations, deux dates sont à retenir dans ce processus :

  • le 13 septembre 2019 : ce sera la date limite d’admissibilité pour soumettre une candidature.
  • le 31 octobre 2019 : Google annoncera la liste des fournisseurs qui auront remporté l’enchère pour chaque pays européen.

À première vue, ce système favorise les moteurs de recherche tels que Yahoo! ou encore Bing. Bien évidemment, Google fera automatiquement partie de la liste de quatre fournisseurs que verra l’utilisateur au démarrage. Cela laissera donc peu d’opportunités pour Ecosia, Lilo ou Qwant, pour ne citer qu’eux, afin de compléter la dernière place des quatre propositions.

Néanmoins, ces moteurs de recherche moins en vogue pourront tenter de ne pas se faire écraser en ayant recours à plusieurs solutions telles que :

  • concentrer leurs moyens sur quelques pays en particulier en espérant avoir un retour intéressant par rapport à leur mise.
  • faire les mêmes offres que leurs concurrents sur certains marchés ; Google sélectionnera alors aléatoirement les fournisseurs, parmi ceux qui sont ex-aequo dans leur mise.
  • espérer être repêché au hasard par Google pour les pays n’ayant pas suscité un grand intérêt ; pour être admissible, ils n’ont même pas à soumettre d’offres. Il leur suffit d’avoir demandé à participer à l’écran de choix.

Que retenir ?

Suite à cette énorme amende reçue par la Commission Européenne, Google cherche avant tout à prouver sa bonne foi avec cette mesure pour les smartphones Android. Les moteurs de recherche secondaires seront généralement laissés sur le carreau à cause de l’aspect financier et de leur faible visibilité. Et malgré ses intentions, Google assoit manifestement sa domination sur le marché en monétisant ces parts de marché et en gardant une position préférentielle par défaut dans tous les pays concernés par ce nouveau système.

N’hésitez pas à contacter votre agence digitale si vous cherchez à vous faire aider dans votre stratégie numérique.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Laisser un commentaire