Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Le bilan de l’année 2016 s’annonce très positif pour le marché de l’immobilier, grâce à des taux d’intérêt exceptionnellement bas et des aides gouvernementales incitatives, laissant présager une réelle reprise du secteur. Le volume des ventes serait d’ailleurs en passe d’atteindre des records cette année (+19% entre août 2015 et août 2016), égalant ou surpassant le record historique de 2007. A partir de 2008, le marché immobilier avait connu des périodes difficiles, mais il semblerait que les acheteurs soient de nouveau au rendez-vous.

Une dizaine d’années plus tard, l’immobilier et ses acteurs ont beaucoup évolué. Le numérique est désormais au cœur de nos habitudes, modifiant le parcours client des acheteurs. Les acteurs de l’immobilier ont donc entamé des phases de transformation numérique pour mieux s’adapter à la digitalisation du secteur et satisfaire des acheteurs toujours plus connectés et exigeants.

Quel est le profil des acheteurs immobiliers d’aujourd’hui ?

La crise et l’augmentation des prix de l’immobilier qui ont secoué le marché ces dernières années ont inévitablement changé le profil type de l’acheteur. Recul de son âge, hausse de l’apport financier et de ses revenus, durée de son emprunt, … Mais les habitudes de consommation ont aussi évolué en même temps que les avancées technologiques. A quoi ressemble donc le profil type d’un acheteur aujourd’hui à l’ère du numérique ?

recherche-immo-mobile

Le portrait des acquéreurs immobiliers

Grâce à des taux historiquement bas et à des aides gouvernementales, telles que le prêt à taux zéro, l’immobilier a attiré davantage de personnes achetant pour la première fois : les primo-accédants. Ces derniers sont majoritairement des jeunes couples cadres avec un enfant et ont en moyenne 34 ans (contre 32 ans en 2007). Les personnes seules achètent, quant à elles, un bien à 35 ans en moyenne pour un homme et 38 ans pour une femme. (Source : Ifop) Les différentes études sur ce sujet tendent également à montrer que même si les acheteurs ont aujourd’hui des revenus plus importants et des apports financiers plus conséquents, ils s’endettent davantage.

Le comportement des acheteurs : de nouvelles habitudes

En dix ans de temps, les avancées technologiques et numériques ont considérablement changé nos habitudes de consommation et nos modes de vie. Dans un monde toujours plus nomade et connecté, le comportement des futurs acquéreurs immobiliers a aussi évolué, que ce soit dans leur phase de recherche que dans le contact avec les agences immobilières.

Ainsi, les futurs acquéreurs ont désormais le réflexe d’aller dans un premier temps sur Internet pour rechercher un bien immobilier. Selon les derniers chiffres de Médiamétrie, sur les 45,8 millions d’internautes français, 16,8 millions d’entre eux ont visité un site immobilier depuis un ordinateur, un mobile ou une tablette au cours du mois de février 2016.

recherches-immo

L’avenir du marché immobilier se joue donc sur Internet, et même plus encore sur l’Internet mobile. Même si les recherches sur ordinateur prédominent, l’utilisation de la tablette ou d’un portable est en pleine croissance, preuve en est avec le trafic mobile du site d’annonces immobilières de SeLoger. 57% de leur trafic est généré sur mobile !

Le parcours client se transforme

Finie la chasse aux petites annonces dans les journaux ou devant les vitrines des agences immobilières, dorénavant l’acheteur se rend sur des sites de petites annonces en ligne. 90 % des recherches de biens immobiliers seraient réalisées sur le Web !

Que ce soit sur ordinateur, mobile ou tablette, trois grands acteurs se partagent les premières places du podium :

part-sites-immo

Même si Le Bon Coin est un site d’annonces généralistes pour particuliers et professionnels, contrairement à SeLoger et Logic-Immo qui proposent des annonces immobilières 100% professionnelles, on estime à 80% la part de son activité consacrée à l’immobilier.

Prendre contact via le digital

C’est une fois qu’il aura passé au crible les annonces immobilières professionnelles que le futur acheteur se rendra dans une agence physique en vue d’obtenir des services personnalisés et d’être accompagné dans la démarche de la transaction. Un contact humain et un suivi auquel sont encore attachés les acheteurs, notamment ceux issus des générations plus âgées.

Au contraire, il n’est pas non plus étonnant aujourd’hui de voir la génération Y contacter des agents immobiliers via les réseaux sociaux. Cela représenterait une part de plus en plus importante. Selon Benjamin Mondou, détenteur de six agences, 30% de sa clientèle prendraient contact avec eux sur les réseaux sociaux. Mais quel que soit le canal de communication plébiscité par l’acheteur, les professionnels doivent être encore plus réactifs, disponibles et efficaces qu’avant car c’est ce qu’attendent les acheteurs d’eux.

Un parcours digital de bout en bout

Lors de la concrétisation d’un projet immobilier, on commence de plus en plus à assister à une dématérialisation de la transaction, avec des signatures électroniques et des documents numériques toujours plus présents.

Enfin, le parcours client peut se terminer par un témoignage. Comme il est maintenant coutume de donner son avis sur Internet, certains acheteurs n’hésitent pas à le faire dans le secteur de l’immobilier. Des sites d’avis clients en lien avec l’immobilier ont vu le jour, comme Immodvisor, Meilleurs Agents ou Opinion System.

immodvisor

Des acheteurs de plus en plus exigeants

Acheter un bien est un acte important qui demande réflexion. Engagés par un crédit sur 10, 20 voire 30 ans, les acheteurs potentiels veulent être sûrs de leur choix. En plus de prendre en considération les critères de sélection habituels (prix, surface, nombre de pièces, etc.), ils souhaitent désormais retrouver dans une annonce immobilière sur internet toutes les informations relatives au bien : photos, images en 3D, visites virtuelles, vie de quartier, commerçants, écoles, … Les acheteurs, de mieux en mieux informés, veulent trouver ses informations rapidement, et l’idée est de faciliter leur recherche en les mettant à leur disposition pour ainsi améliorer leur parcours et inciter à la prise de contact.

La digitalisation de l’immobilier

Pour pouvoir s’adapter aux changements induits par la digitalisation de l’économie, les acteurs de l’immobilier doivent s’engager dans une transformation numérique. Mais la concurrence est rude sur le Web, notamment avec des acteurs de taille comme Le Bon Coin ou SeLoger. De plus, face aux risques d’uberisation de l’immobilier, les professionnels doivent se renouveler en proposant aux futurs acquéreurs des services inédits et innovants.

re-app-curb-call

« Quelqu’un a besoin de vos services » : CurbCall, les agents immobiliers au service des acquéreurs

Le site Web, la nouvelle vitrine de l’agence

Face à l’arrivée de nouveaux acteurs sur le Web, notamment des sites d’annonces entre particuliers et des agences immobilières 100% Internet, les agents immobiliers avec une boutique physique doivent impérativement créer leur site Web, telle une « vitrine virtuelle ». Il est nécessaire qu’il intègre le Responsive Web Design pour que l’ergonomie et la navigation soient adaptées au mobile devices. Il faut aussi penser à offrir une expérience utilisateur digne de ce nom avec des menus et des rubriques limpides, des filtres de recherche utiles, etc.   

Des annonces en plus grand nombre, mais plus qualitatives

En février 2016, pas moins de 7,4 millions d’annonces immobilières ont été publiées sur Internet (Source : Autobiz). Les professionnels doivent donc développer des outils et des services digitaux pour faciliter et optimiser la recherche des acheteurs potentiels. Ainsi, certains sites immobiliers proposent des chats en ligne pour communiquer et renseigner l’acheteur en temps réel. Certains sites se différencient également en proposant de rechercher un bien en fonction de sa géolocalisation, grâce à une carte interactive. C’est ce qu’a choisi de faire Shelterr par exemple.

shelterr-1

shelterr-2

Bien’Ici a, quant à lui, cartographié en 3D la France entière pour géolocaliser précisément les biens des agences adhérentes. L’internaute peut découvrir des biens et leur environnement (commerces, parking, écoles, restaurants, transports en commun, …). La géolocalisation précise est une des nombreuses attentes des acheteurs, même si celle-ci est encore peu utilisée par les acteurs de l’immobilier par peur de se faire voler leurs mandats par un concurrent.

bienici

Des nouveaux critères de sélection sont aussi mis en place pour faciliter la recherche des acheteurs, comme l’a fait Monbien.fr en permettant aux internautes de classer les annonces en fonction de la présence d’un lieu (arrêt de bus et métro, école, salle de sport, etc.). De la même manière, le promoteur Kaufman & Broad lance un outil permettant de donner des informations sur la réussite au bac des lycées à proximité du bien, la distance par rapport à un arrêt de métro ou la gare, les activités et les idées de sortie proches du bien, …

Enfin, certaines agences, telles que Century 21 et A Vendre A Louer, utilisent les balises Beacon pour attirer les acheteurs. Il est possible de remplacer les panneaux « A vendre » ou « A louer » par des petits boîtiers. Ainsi, les acheteurs potentiels recevront une notification lorsqu’ils entreront dans le rayon d’un bien à vendre. Ils auront ensuite accès aux photos et à la fiche informative de ce bien.

Séduire l’acheteur par des visuels  

Le visuel fait partie des premiers critères de sélection. Sachant que le taux d’attention moyen d’un internaute est de 8 secondes, il faut inévitablement soigner le visuel de ses annonces. Il faut donner l’impression à l’acheteur de visiter un bien sans se déplacer en ayant recours à des technologies de modélisation 3D et de réalité augmentée. Cette expérience immersive permet à l’acheteur de visiter un bien à 360°, mais aussi l’environnement de ce bien (vue depuis le balcon, les parties communes, les espaces verts, le quartier, etc.). Les acheteurs peuvent aussi se projeter plus facilement dans un bien grâce à des paramètres de personnalisation (déplacement de cloison, intégration de leurs propres meubles, peinture de leur choix, …).

Dans quelques agences, il est même possible de visiter un bien grâce à des casques de réalité virtuelle. Il est aussi envisageable d’utiliser les imprimantes 3D pour imaginer leur futur bien immobilier et le créer en maquette. Les outils les plus innovants sont pour l’instant sous-utilisés du fait de leur coût élevé. Cependant, certains promoteurs immobiliers et agences (Nexity, Orpi, …) ont déjà recours à ces nouvelles technologies, mais seulement pour des biens rares, en construction ou des mandats exclusifs.

Pour en découvrir plus sur les nouvelles technologies appliquées au secteur de l’immobilier, de nombreux salons ont lieu partout en France (comme le Salon RENT les 8 et 9 novembre 2016). C’est l’occasion pour les professionnels de l’immobilier de découvrir les dernières innovations et les nouvelles technologies en lien avec leur secteur. Ces derniers temps, le Rich Media permet de rendre les annonces immobilières plus attractives, interactives et immersives. Ce levier, complété par le Big Data, offrent de belles perspectives d’avenir pour l’immobilier. De quoi attirer et satisfaire encore plus les acheteurs potentiels !

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire