Compatibilité SEO et qualité rédactionnelle
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Aujourd’hui, on papote à nouveau avec notre voisine de bureau : l’agence ECC. Après, notre vision croisée sur le blog professionnel, nous sommes à présent d’attaque pour aborder ensemble le référencement naturel. Comme la dernière fois, pour la vision de l’agence ECC, ça se passe ici sur notre blog et, pour nous retrouver, rendez vous sur son blog, my-pleasure.me.

Aujourd’hui, on ne passe pas à côté de la demande : écrivez-vous SEO ? Vos textes sont-ils optimisés pour le référencement naturel ? Mais finalement, optimisation SEO et qualité rédactionnelle : est-ce compatible ?

Écrit-on pour des moteurs de recherche ?

N’y voyez aucun lien avec mes origines normandes… Ma réponse est… oui et non !

Le moteur de recherche peut se définir comme un intermédiaire, un prescripteur entre l’internaute et le contenu qu’il recherche. Le contenu doit, en effet, franchir une première étape : répondre aux critères du moteur de recherche pour remonter en bonne position dans les résultats. Une structure particulière, l’insertion de mots-clés, une taille de texte minimale optimisent le référencement. Cela peut parfois demander beaucoup de temps pour produire du sens et de la qualité en répondant à ces contraintes.

La seconde étape consiste à apporter l’information, la réponse à la requête de l’internaute. C’est cette phase qui va inciter vos visiteurs, vos lecteurs à revenir vous consulter ou vous lire ; et qui créera progressivement votre communauté. Selon vos objectifs, votre cible, votre activité, , vous allez informer, « former », toucher émotionnellement, pourquoi pas casser les codes à travers vos contenus rédactionnels.

Un contenu de qualité, selon Google, qu’est-ce que c’est ?

Google parle de contenu unique, non dupliqué. Le copié-collé ou un mix provenant d’autres sites internet est pénalisé. Google va plus loin et parle de contenu original, engageant, utile et instructif, crédible aussi. Ceci rejoint ce que j’évoque précédemment, à savoir la seconde étape.

Et pour ECC, la qualité d’un contenu, c’est quoi ?

C’est avant tout un article, un texte, une image, une vidéo, qui capte l’attention du lecteur, qui sera lu/vu dans sa quasi-totalité et surtout qui donnera envie de revenir, de contacter, d’acheter, de se rendre dans une boutique… autant de pas vers l’engagement et la fidélité.

Quels sont les prérequis d’un contenu « quali » ?

Sur l’aspect purement éditorial, le préalable repose sur un cadre, une ligne. Il s’agit, concrètement, de se poser les bonnes questions : quel est mon objectif ? À qui je m’adresse ? Pour répondre à quelles attentes ? Quels sont mes atouts, mon positionnement ?

La réponse à ces questions, ainsi qu’une bonne compréhension de votre cible et en quoi votre produit ou votre service peut répondre à ses besoins, vous permettra de poser de solides bases pour décliner vos contenus rédactionnels. Sur la forme, viennent ensuite un titre accrocheur, attractif, des sous-titres impactant, des paragraphes clairs et porteurs de sens et bien sûr l’insertion et le dosage des mots clés.

Le SEO fausse-t-il la perception qu’ont les entreprises sur le Web ?

La difficulté que nous rencontrons avec nos clients se place au niveau du ROI. Le référentiel est le nombre de clic, de vues et de partage. Cela donne une base d’information. Pour autant, cela n’apporte qu’une vue quantitative et statistique. Le clic, le temps passé peuvent se révéler subjectifs. Et selon moi, la qualité de la relation avec l’internaute ne se mesure plus uniquement au nombre d’interactions ou de temps passé. La relation est bien plus complexe… ou bien plus simple. Passez me voir, on en parlera plus longuement.

Si vous souhaitez retrouver la vision « made in » Powertrafic sur le SEO et la qualité rédactionnelle, c’est par ici !

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire